Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Ne manquez pas nos dernières parutions!

  The Autobiography of mee too, I (réimpression)

Bouzard

 

centripete_autobio1.png

 

******************

 

Course de Bagnole

Léon Maret

 

Couv Course web

 

******************

 

Capitaine Capital

Lindingre

 

Capitaine couv web

 

******************

 

Rayon Frais

Collectif

 

Rayon Frais couv web-copie-2

******************


Trésors de l'INRS

Cizo & Felder

 

INRS couv web

 

******************

 

Le Goût du Paradis

Nine Antico

 

Goût Paradis couv web

 

******************

 

Costume Cravate

Guillaumit

 

Costume couv web

 

COSMOS VOLUME II: GABRIEL HERNANDEZ

 

du 18 au 22 septembre 2012

Arteppes, place des Rhododendrons

à Annecy

vernissage le 19 septembre à partir de 18h30


"Gabriel Hernandez travaille à partir de l'imagerie populaire pour produire une oeuvre existentialiste, en quête des mythes et cauchemars de l'enfance. Il est l'auteur de Souliers Rouges, Petits Pois, Etc." un album de bande-dessinée (Les Requins Marteaux-2010). A l'occasion de l'invitation du "Festival des empreintes sonores", il décline son approche du dérisoire dans une installation inspirée par l'envoi de la sonde Voyager 2 en 1977, ambassadrice de l'humanité pour l'univers."

Alain Basso

COSMOS-VOLUMEII

 

*******************

 

TRIPLE ASS: QUENTIN FAUCOMPRE

 

du 6 septembre au 1er octobre

la Black Factory, 17 rue Léon Blum

à Nantes

 

INAUGURATION DE LA BLACK FACTORY ET VERNISSAGE DE L'EXPOSITION TRIPLE ASS DE QUENTIN FAUCOMPRÉ

 

 

  *******************

 

NATURE SUCKS: WINSHLUSS

 

du 5 octobre au 8 décembre 2012

espace culturel François Mitterand

à Périgueux

vernissage le jeudi 4 octobre à 18h30

dévernissage le samedi 8 décembre à partir de 16h

 

"À l’Espace culturel François Mitterrand, Winshluss donne à voir pour la première fois un ensemble quasi rétrospectif de sa production artistique, révélant son imagination prolifique et ses pratiques multiples, par un choix d’oeuvres exceptionnel, aussi panaché et pétulant que représentatif de sa démarche, qui fait de lui l’incarnation de l'artiste investigateur, guidé par sa curiosité des matériaux, des formes et des styles."

 

winshluss.jpg

 

 

 


16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 10:05
Le Monte-en-l'air
LIBRAIRIE-GALERIE
6, rue des Panoyaux, Paris (XXe)
M° Ménilmontant

Le réseau France Ferraille Publication a pour but de présenter et de promouvoir des librairies qui soutiennent Les Requins Marteaux et plus largement l'édition indépendante. Il nous est apparu nécessaire d' offrir une visibilité à ces endroits atypiques et ambitieux, pour que nos amis lecteurs puissent y courrir se rincer la rétine .
Nous commencerons donc notre premier entretien avec Guillaume Dumora, fondateur et libraire à temps plein du Monte-en-l'air, échoppe consacrée aux " Œuvres de l'esprit, de la manufacture et de l'industrie artistique et culturelle (majoritairement graphique et papetière), écrites et surtout dessinées, souvent rares et toujours de qualité. Expositions permanentes de dessins, illustrations, peintures, voire volumes et installations. Univers figuratifs, parfois abstraits, et sensiblement narratifs."


 

Comment devient-on libraire, qu’est ce qui t’a poussé à le devenir ?

Guillaume Dumora : Je suis devenu libraire par accident… Je ne me destinais pas du tout à la librairie. Après un parcours dans l’édition, dans la diffusion, dans la distribution, je suis venu un peu à la librairie, non pas par dépit, mais j’avais envie de me risquer dans une aventure individuelle après m’être donné dans tant d’aventures collectives.
Le moyen le plus évident pour moi c’était de me lancer dans la librairie-galerie plutôt que dans l ‘édition. Sachant que lorsque j’ai quitté le milieu de l’édition, pas mal de maisons spécialisées dans la création de bandes dessinées se montaient un peu partout …. Ce que j’aurais pu faire moi aussi; aller dans la captation d’auteurs, intriguer pour essayer de récupérer des trucs à droite à gauche… J’ai trouvé plus intelligent et plus « opportuniste » ( j’insiste sur les guillemets ) d’ouvrir une librairie à ce moment-là, vu qu’il n’existait pas de type de lieu tel que celui-ci sur Paris, à part dans un autre registre ; le Regard moderne bien sûr, ou éventuellement le Feu Rouge à Poitiers, ou bien encore Alphagraph à Rennes … Mais à Paris il y avait un manque criant de librairies de cette ordre-là et donc je me suis lancé dans l’aventure un peu pour toutes ces raisons-là !

Qu’est ce que tu appelles des librairies de cette ordre-là ?

G.D. : Des librairies qui soient "spécialisées " dans la bande dessinée et le livre d’images, mais qui fassent la part belle à la Bande dessinée de création en faisant l’impasse totale sur la grosse artillerie, c’est-à-dire 97 à 99 % de la Bande dessinée d’aujourd’hui.
Donc aller dénicher des choses improbables, d’autres choses que ce qu’on peut trouver dans un supermarché que ce soit un supermarché du livre ou un supermarché tout court .

Tu fais galerie aussi, tu exposes des auteurs …


G.D. : Oui, ce sont des auteurs que l’on peut retrouver dans des livres qui sont en vente ici mais pas forcément… C’est vrai qu’il y a un certain nombre de gens qui font de la Bande dessinée… Disons qu’ils font aussi de la Bande dessinée … Mais le parti pris reste toujours de ne pas exposer de planches originales parce que ce n’est pas ce qui est fait de plus intéressant.
La galerie est consacrée au dessin, à l’illustration, tout ce qui est support papier, en restant dans la figuration… Même si j’ai exposé des choses abstraites. Je pense notamment à l’expo Mokeït. Donc je ne suis pas complètement fermé à l’abstrait, mais ça doit rester autour du dessin.
Privilégier le dessin et ne pas élargir à la peinture à la photo… On ne peut pas dire que ça ne m’intéresse pas mais je veux rester sur un créneau précis.

Tu organises régulièrement des expos ?


G.D. : J’en organise pas suffisamment à mon goût ; le rythme reste d’une tous les 15 jours ou 3 semaines … Je les enchaîne, je passe mon temps à dire que je vais ralentir le rythme parce que c’est tout de même un peu court. Maintenant, j’ai du mal, je suis énormément sollicité, j’ai envie d’exposer beaucoup de gens, à partir de là je suis obligé d ‘aller vite pour exposer tout ce dont j’ai envie d’exposer donc ça va très vite ! C’est aussi un moyen d’animer la librairie avec des concerts, des barbecues, des performances. Tout ce qui est susceptible de faire venir du monde.
De montrer des choses à voir comme les expos permanentes, des choses en permanence sur les murs :des sérigraphies, des dessins ayant fait l’objet d’une exposition auparavant.



Le Monte-en-l'air
6, rue des Panoyaux, Paris (XXe)

M° Ménilmontant

E-mail :
lemontenlair@free.fr

Tel : 01 40 33 04 54

Heures d’ouverture :
du mardi au dimanche : 13h30 - 20h30
nocturnes vendredi et samedi jusqu’à 23h

 

http://lemontenlair.free.fr/
http://www.myspace.com/lemontenlair

Partager cet article

Repost 0
Published by association les Requins Marteaux - dans France Ferraille Publication
commenter cet article

commentaires